Lutte contre les mariages précoces et les mariages forcés : la démarche de la Francophonie

Lutte contre les mariages précoces et les mariages forcés : la démarche de la Francophonie

A l’occasion du 20ème  anniversaire de la Déclaration de Bamako, la Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo, a initié un cycle de « Conversations francophones » pour échanger sur des questions contemporaines et majeures pour l’espace francophone, relatives aux droits de l’Homme, aux libertés fondamentales et à la démocratie.
La 3ème et dernière Conversation de ce cycle se tiendra par visioconférence ce jeudi 21 janvier, de 15h00 à 17h00, sur le thème : « Lutter contre les mariages précoces et les mariages forcés dans l’espace francophone ».
« Ce sujet relève pleinement de notre mandat et de nos engagements en faveur de la protection et de la promotion des droits humains », précise la Secrétaire générale, Louise Mushikiwabo, qui ouvrira et conclura cette conversation en ligne. « C’est un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur, puisque ces mariages précoces et forcés constituent une entrave majeure à l’égalité entre les hommes et les femmes dont j’ai fait l’une de mes priorités à la tête de la Francophonie », ajoute-t-elle.
« Chaque année, 12 millions de filles sont mariées avant 18 ans dans le monde, soit 1 fille sur 5 », selon l’ONG Plan international. « En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, plus de 4 jeunes femmes sur 10 sont mariées avant leur dix-huitième année », poursuit-elle.
Plusieurs instruments internationaux et régionaux interdisent les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des enfants, parmi lesquelles sont assimilés les mariages précoces et forcés. Alors que la plupart des États membres de la Francophonie ont ratifié ces instruments relatifs aux droits de l’Homme, les mariages d’enfants, précoces ou forcés demeurent encore une réalité au Sud mais aussi au Nord, assure la même source.
Cette Conversation virtuelle sera, à en croire le communiqué, l’occasion pour les participants d’échanger de manière libre et ouverte sur les avancées et les obstacles persistants en matière de mariages précoces et forcés. L’objectif est d’identifier les initiatives positives et les bonnes expériences qui peuvent contribuer à faire reculer ces pratiques traditionnelles préjudiciables au sein de l’espace francophone.
Cet évènement, qui verra la participation de représentants des États et gouvernements, des acteurs de la Charte et de la Conférence des OING de la Francophonie, sera retransmis en direct sur les réseaux sociaux de l’OIF : https://www.facebook.com/OIFrancophonie