COP27 : Joe Biden est arrivé à Charm el-Cheikh pour vendre son Plan pour le climat

COP27 : Joe Biden est arrivé à Charm el-Cheikh pour vendre son Plan pour le climat

Joe Biden va vanter au niveau de la COP, les 370 milliards de dollars de son plan d'investissement consacré au climat, le plus gros chèque pour l'environnement jamais signé aux États-Unis. Le président américain a promulgué au mois d’août dernier son vaste plan d'investissement sur le climat.

Plus gros investissement jamais adopté aux Etats-Unis dans la lutte contre le changement climatique, le texte prévoit notamment des incitations financières destinées à faire évoluer l'économie américaine vers les énergies renouvelables, et crée un taux d'imposition minimal sur les grosses entreprises.

"Un pays peut être transformé. C'est ce qui se passe aujourd'hui", s'est félicité Joe Biden depuis la Maison Blanche, dans un discours aux accents électoraux prononcé avant de signer cette réforme, baptisée "Inflation Reduction Act".

"Il s'agit de l'avenir. Il s'agit d'apporter le progrès et la prospérité aux familles américaines", avait-il dit. Avant d’insister sur le fait qu’ "il s'agit de montrer à l'Amérique et au peuple américain que la démocratie fonctionne encore aux Etats-Unis."

Dix-huit mois de négociations  pour aboutir à ce plan

Il a fallu au président américain dix-huit mois de négociations pour ficeler ce projet de loi, pour surtout trouver des compromis avec l’aile droite de son parti. Car les sommes en jeu sont considérables, 1 750 milliards de dollars dont 370 milliards de dollars d’investissement rien que pour le climat. Un plan déjà largement amendé puisque qu'initialement l'enveloppe du BBB était de 3 500 milliards.  

C’est le plus grand investissement jamais vu aux États-Unis dans la lutte contre le changement climatique. Le projet de loi prévoit des incitations financières pour les producteurs et les consommateurs d’énergies propres. Par exemple, un Américain recevrait jusqu'à 7 500 dollars en crédits d'impôts pour l'achat d'une voiture électrique. L’État prendrait aussi en charge jusqu’à 30% des frais d’installation de panneaux solaires sur le toit des maisons individuelles. Des investissements massifs, plusieurs dizaines de milliards de dollars, sont également prévus pour la construction d'éoliennes, de panneaux solaires et pour la fabrication de véhicules électriques.